accueil

on est partis


Accueil du site > Carnets de voyage > Chine > Prieres pour de bonnes moissons

Prieres pour de bonnes moissons

Vendredi 3 Novembre, Pekin

vendredi 3 novembre 2006, par Laure


Aujourd’hui, c’est le grand jour : leves tot et equipes d’un pique nique, nous partons pour une grande journee de visite a la Cite Interdite. Sauf que quand nous arrivons devant le portrait de Mao qui garde la dite cite depuis le depart des empereurs, une foule inhabituelle se presse dans la rue et, par comparaison, la cite parait bien vide. Nous comprenons vite pourquoi : les portes d’acces sont fermees, apparemment il n’y a pas de visite possible aujourd’hui. Nous supposons que l’entree est reservee aux hauts dignitaires qui se pressent actuellement a Pekin pour le sommet Chine Afrique a l’occasion duquel toute la ville est decoree d’affiches de bienvenue et la circulation est reduite. En effet, nous voyons ensuite quelques rares personnes se promener au balcon de la cite interdite en contemplant la ville. Pour une fois, nous etions trop bien organises et avons ete punis !

Nous n’avons plus qu’a modifier nos projets et chercher une autre visite compatible avec notre organisation. Nous jetons notre devolu sur le Temple du Ciel et apres une recherche du bon bus et un trajet d’une quinzaine de minutes arrivons a destination sans encombre et sans que le monument soit ferme ! Ce temple hautement venere etait frequente par les empereurs qui venaient trois fois par an (aux solstices notamment) s’y recueillir et prier pour que le ciel accorde au pays de bonnes recoltes et un avenir riant. Le parc est immense et plante d’arbres plusieurs fois centenaires, certains cypres ayant adopte avec le temps des formes etranges et tourmentees plutot impressionnantes. Les differents temples sont construits selon toute une symbolique liee aux croyances anciennes sur la terre et le ciel. Ainsi, l’Autel du Ciel est de forme ronde (symbole de la terre) incluse dans un carre (representant le ciel a cette epoque), ce qui donne aux batiments une perspective etrange. Au sommet, des allees dallees disposees en cercles concentriques sont construites autour des multiples de 9, chiffre porte bonheur : au centre, la plus petite a 9 dalles, la suivante qui l’entoure 2x9 dalles et ainsi de suite jusqu’a la plus longue qui compte 9x9 dalles (on vous laisse calculer combien le carreleur de l’epoque a du utiliser de dalles). Autour de l’autel, on a reconstitue une partie du paysage de l’epoque avec les grands chaudrons servant a bruler les animaux sacrifies en offrande aux dieux et les puits ou on jetait les restes. Nous testons avec succes le mur d’enceinte entourant un second temple, construite en briques "speciales" qui ont la propriete de conduire le son parfaitement. Dans l’enceinte du temple, pourtant large, une personne situee d’un cote du mur de briques circulaires peut ainsi discuter avec une autre placee a l’oppose sur le cercle, alors qu’elles ne se voient meme pas. Enfin, nous admirons l’architecture de ces beaux temples, un peu trop remis a neuf en vue des JO de 2008, mais magnifiques quand meme : tuiles vernissees, poutres de bois peintes, dragons de pierre, toute la symbolique chinoise est bien presente. Nous saluons les vaches de pierre dans l’interieur reconstitue de la Salle de la Priere pour de bonnes moissons. Malgre les foules de chinois qui se pressent dans ce celebre monument et n’ont de cesse de se photographier devant tous les monuments possibles, nous sommes frappes par l’atmosphere etrange et emplie de croyances qui se degage de ce lieu.

Nous terminons la visite par une promenade dans l’immense parc et sous la galerie couverte qui permettait a l’empereur de ne pas se mouiller entre la salle ou il s’habillait et le temple. C’est l’occasion de croiser de nombreux chinois venus se divertir en plein air. Tandis que certains sont absorbes par des parties de cartes endiablees, d’autres jouent de la musique avec ou sans professeur et des cours de danse ou de chants sont organises. L’atmosphere est du coup tres vivante et fort agreable. Sortant du parc par une porte opposee a celle ou nous sommes entres, il nous faut encore trouver comment rentrer chez nous. Pas evident quand les arrets de bus ne comportent aucun plan de la ville mais seulement la liste des arrets de chaque ligne... en caracteres chinois ! Nous prenons un bus qui semble aller dans la bonne direction un peu au hasard mais il oblique helas dans le mauvais sens. Apres l’espoir qu’il croise une station de metro, nous devons nous rendre a l’evidence : il n’y a plus qu’a descendre et le reprendre en sens inverse jusqu’a retrouver un endroit connu ! Parmi les taches urgentes a faire, il nous faut vraiment trouver un plan des bus, vu les distances de cette ville il est impossible de tout faire a pied et nos connaissances en chinois restent insuffisantes pour comprendre les trajets. Avec tous ces detours, nous rentrons une fois de plus plus tard que prevu, ce n’est pas encore aujourd’hui que nous passerons une soiree tranquille a nous reposer.

Jour précédent : Cieux impenetrables Sommaire : Chine Jour suivant : L’integration

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP