accueil

on est partis


De l’action

1er septembre 2006, Tioman - Kuala Lumpur

vendredi 1er septembre 2006, par Thibaut


Le bateau sera sûrement en retard, mais nous nous sommes réveillés tôt pour ne pas le rater. Avec 20 minutes d’avance nous descendons vers le ponton et voyons passer... Le bateau ! Qui continue sa route vers la plage suivante. Le piroguier indonésien de l’hôtel nous voit dépités et accourt pour nous emmener dans son canot a moteur, à la poursuite du gros bateau. Il nous offre ainsi une petite balade en barque dans les vagues, bien éclaboussante. En vain car dejà le bateau est reparti, et il est trop loin maintenant. Notre guide me demande de lui montrer les billets de bateau, nous ramène a l’hôtel et nous invite a profiter du petit-déjeuner servi entretemps.

Alors que nous nous demandons comment faire pour arriver a Kuala Lumpur assez tôt, après six heures de bus, en prenant le bateau suivant qui part a onze heures et demies, voici qu’approche justement le bateau suivant. Il est huit heures, nous retournons au ponton et le bateau nous embarque. Je note que les horaires ici sont respectés, et que le bateau de huit heures ne passe pas avant huit heures. Voila qui nous apprendra a être en avance.

Bien tartinés de crème solaire - maintenant nous sommes prudents - nous profitons du paysage offert sur le pont du bateau pendant les deux heures et demie de traversée. L’île de Tioman s’éloigne dans la brume, une montagne déchiquetée doit être ce qui reste d’un immense cratère effondré. Je songe à toute cette superficie de jungle mystérieuse, seule la côte étant habitée.

A la gare routière de Mersing, le prochain bus pour Kuala Lumpur est déjà complet, nous achetons des places pour le bus suivant. En l’attendant nous déjeunons de mets approximatifs dans une échoppe de la gare routière, en prenant notre temps. Le bus est un "Super VIP", ce qui signifie que la moitié des sièges d’origine ont été supprimés pour faire de la place aux jambes. Très confortable, et c’est tant mieux car six heures de trajet nous attendent.

Des le départ le chauffeur lance un film sur le magnétoscope. Jean-Claude Van Damme à Hong Kong, voici qui s’annonce distrayant. Au bout d’une heure de subtile violence le film (pirate) se bloque. Première pause de quelques minutes à la gare routière de Kluang, on repart et on change de film. C’est maintenant... Jean-Claude Van Damme en Slovaquie. Incroyable, le chauffeur doit être fan. Ce film-ci, "Derailed", est encore plus mauvais que le précédent. Nouvelle pause dans un endroit merveilleux où plein de stands proposent à manger et à boire. C’est le goûter. J’aime ce genre de voyage avec des pauses manger-boire tout le temps. Il y a même des gaufres au chocolat, des boules fourrées au Kaya et... une boutique de DVD qui vend les films de Jean-Claude Van Damme. J’en déduis qu’en Malaisie ils sont fans.On repart, on remet le film qui s’était bloqué (le premier) et Jean-Claude sauve Hong Kong de la guerre. J’observe les passagers du bus mais aucun n’applaudit, je ne sais pas s’ils sont vraiment fans. Le chauffeur estime que nous avons vu assez de bagarre et coupe la vidéo. Je ne connaîtrai pas la fin du 2eme film mais je devine que Jean-Claude sauvera la Slovaquie aussi.

Pendant ce temps, le bus traverse la péninsule malaise. Je ne vois que des plantations de palmiers, de la jungle sur les montagnes. Il n’y a presque aucun village isolé, ce pays semble recouvert de palmiers. Je ne sais pas pourquoi ils sont cultivés, Laure suppose que l’huile de friture est produite ici.

Quelques pauses - gouter ou toilettes - plus tard nous approchons de Kuala Lumpur. Environ soixante kilomètres avant la ville les plantations laissent place a des bâtiments neufs ou en construction qui me rappellent nos banlieues toulousaines par l’application d’un faux style local (celui des cabanes d’ici) à d’immenses ensembles de logements, immeubles ou lotissements. Après cinq heures de palmiers, la capitale est impressionnante par son étendue et ses tours modernes. Le bus abandonne tous ses passagers désorientés derrière une file d’autres bus, sur un grand boulevard derrière la gare routière. Nous partons à pied dans la direction de notre hôtel.

Jour précédent : Le trek de Juara Sommaire : Malaisie Jour suivant : Bateaux et bus malais

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP