accueil

on est partis


L’occupation

1er novembre 2006, Pekin

mercredi 1er novembre 2006, par Thibaut


L’hotel propose un petit-dejeuner chinois bien adapte a notre petit budget et petit appetit. Je pensais aller choisir parmi plein de plats bizarres dans un buffet, mais en fait les plats bizarres sont tous servis sur un petit plateau. Pas possible d’echapper a tout gouter. Laure n’est pas amie avec la soupe de riz insipide qui lui rappelle les recettes contre les problemes de digestion ; quant a moi je trouve le gout du concombre et des petits legumes (ou des algues) un peu etrange, mais dans l’ensemble ce petit-dejeuner n’est pas trop effrayant. J’ai juste besoin d’un cafe en supplement a la place du grand verre de lait sucre servi d’office.

Nous visitons le parc Beihai, rempli de temples et d’eau avec des canots dessus. A chaque porte que la curiosite me pousse a passer, un guichet nous attend pour faire payer un modeste droit d’entree en supplement de celui que nous avons acquitte pour le parc lui-meme. Et juste derriere le guichet et la vendeuse de tickets, une receveuse prend ces memes tickets. C’est surement bon pour l’emploi d’utiliser autant de personnel pour rien mais je commence a manquer de monnaie et de patience.

Le parc est bien plus grand qu’il n’en a l’air et Laure commence a avoir faim, nous accelerons un peu le rythme de visite - c’est-a-dire que je prends moins de photos. Des jeunes rebelles chinois se filment en train de faire des singeries devant les neuf dragon protecteurs du jardin. Un peu plus loin des calligraphes dessinent leurs caracteres ephemeres sur des dalles, tracant les signes avec l’eau du lac qui s’efface rapidement au soleil. Ils dansent en maniant des pinceaux gros comme des balais et le spectacle de cet art volatil est fascinant meme sans rien comprendre a ce qu’ils ecrivent. Enfin sortis tardivement du parc, nous trouvons a dejeuner dans un restaurant au bord du lac suivant, en terrasse devant les lotus mais deja a l’ombre. Des athletes pas glaces ni degoutes par l’eau trouble du lac font leurs longueurs a la nage. Nous les plaignons en sirotant un bon the au jasmin.

Pour rentrer a l’hotel Laure vise la station de metro la plus proche, ce qui signifie encore au moins un quart d’heure de marche. Notre route passe au milieu d’un hutong, un quartier ancien de Pekin aux maisonnettes grises, construites en briques grises et recouvertes de tuiles grises ou de poussiere. L’ensemble est vetuste mais tres vivant. Des boutiques minuscules bordent la rue dans laquelle tous les habitants passent ou discutent. Partout des ouvriers cassent les cloisons interieures et remplacent portes et fenetres par des huisseries modernes incongrues. On dirait que le but est de conserver les facades sales et pas tres belles en reconstruisant tout l’interieur des maisonnettes.

Cette promenade par le Pekin pittoresque nous a fait perdre notre piste, nous sommes encore plus loin du metro. Nous prenons un taxi pour revenir, et il nous abandonne sur la place Tiananmen proche de notre hotel.

Jour précédent : Bienvenue en Chine communiste Sommaire : Chine Jour suivant : Mysterieux hutongs

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP