accueil

on est partis


Accueil du site > Carnets de voyage > Laos > Retour en ville... ou presque ?

Retour en ville... ou presque ?

Lundi 18 Decembre, Luang Prabang

lundi 18 décembre 2006, par Laure


Apres avoir bien profite du calme et de l’isolement de la campagne laotienne, je suis finalement impatiente de retrouver un peu plus d’animation et une ville. Enfin des magasins, une librairie ou echanger mes livres lus, des temples a visiter et de bons restaurants ou en plus nous pourrons manger francais... Comme en plus, tous les recits de voyageurs que j’ai lus decrivaient Luang Prabang comme un endroit extraordinaire, j’ai vraiment hate d’y etre. La derniere epreuve a supporter est de survivre aux 4 heures de trajet pour nous y rendre, je n’ai pas garde de tres bons souvenirs de notre dernier voyage en saongthew, cela va bien pour de courtes distances mais devient rapidement insupportable pour plus longtemps. Nous partons par le premier depart de matin, qui comme nous l’esperions est un vrai minibus et non un pick up. Au moins, nous ne serons pas geles en plein vent, c’est deja ca... Cote confort, ce n’est pas beaucoup mieux car nous obtenons de justesse le dernier siege et un strapontin dans un minibus plutot defonce et comme d’habitude ultra bonde. Heureusement, a midi nous sommes arrives a destination et debarasses des transports routiers pour quelques temps puisque nous comptons rester plusieurs jours a Luang Prabang et que notre prochaine etape se fera de maniere originale, en bateau sur le Mekong. Nous partageons un taxi avec Yan, Sylvie et 2 autres voyageurs et les suivons jusqu’a un quartier un peu excentre qui a l’avantage d’abriter des guesthouses pas cheres. Nous trouvons une chambre agreable mais vraiment tres petite, ca ira pour aujourd’hui et nous verrons ensuite pour eventuellement demenager.

Nous dejeunons dans un cafe boulangerie qui nous permet de renouer avec plaisir avec salades et gateaux et avec moins de plaisir avec des prix quasi europeens. L’objectif de l’apres-midi est d’allier la decouverte de la ville avec des taches bassement materielles comme le change, la recherche d’une guesthouse plus agreable ou l’echange de livres. Nous partons le long de l’avenue principale de Luang Prabang, de toute maniere nous ne pouvons rien manquer puisque toute la vie de la ville s’organise le long de cette unique artere, epine dorsale de la ville. Luang Prabang a la particularite d’etre construite sur une peninsule toute en longueur coincee entre le Mekong d’un cote et la riviere Nam Khan de l’autre. La premiere impression de la ville est mitigee : je m’attendais a un petit joyau, morceau de passe miraculeusement preserve, alignant temples brillant de toutes leurs dorures et vieilles maisons traditionnelles. En fait, la ville est certes plutot ancienne, sans immeubles modernes et avec peu de voitures, mais m’apparait vraiment petite et sans charme particulier. Sous la chaleur de ce debut d’apres midi, le tout est plutot poussiereux et pas tres remarquable. Les vieilles maisons sont toutes transformees en un alignement de boutiques chics pour les touristes, agences de voyage proposant toutes les memes excursions ou restaurants pseudo francais tres chers. D’ailleurs, les touristes sont partout, cela nous fait drole de croiser tant d’occidentaux et d’entendre parler partout francais apres notre relatif isolement dans le nord du pays. On ne peut pas dire que la poursuite de nos autres activites me remonte vraiment le moral. Nous pensions trouver ici de bons taux de change pour nos yuans, meilleurs que dans les toutes petites banques du nord. Et bien pas du tout, le taux est encore plus mauvais, nous faisant perdre facilement une dizaine d’euros a chaque change puisqu’ici nous sommes obliges de payer tout en liquide et ne pouvons retirer faute de distributeur automatique. De toute maniere, nous n’avons pas le choix, les deux seules banques de la ville pratiquent des taux quasi identiques ! La librairie que j’attendais avec tant d’impatience pour renouveler mon stock de livres bientot epuise n’offre finalement pas grand chose d’interessant, il va falloir attendre la Thailande pour trouver de bon livres a lire. Heureusement, nous avons plus de chance dans notre quete de la guesthouse ideale. Apres avoir visite en vain plusieurs endroits pratiquant des prix exorbitants, nous tombons par hasard sur une petite rue donnant sur le Mekong ou plusieurs hotels tout neufs se battent pour recuperer un peu de la manne touristique qui s’est abattue sur la ville. Une dame nous interpelle et nous propose de visiter ses chambres. D’habitude, nous n’aimons pas trop ce genre de racolage, mais puisque nous sommes la autant en profiter pour aller voir. Et la, surprise, pour un prix modique nous pouvons loger dans de jolies chambres toutes neuves, lumineuses et munies de grands lits moelleux. C’est decide, demain on demenage ! Nous serons ainsi plus proches du centre ville et gagnerons du temps dans nos visites. Apres tout, les charmes tant vantes de cette ville doivent bien se cacher quelque part, peut etre faut il plus de temps et de patience pour les decouvrir.

Jour précédent : Pourquoi aller voir ailleurs ? Sommaire : Laos Jour suivant : Ca brille !

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP