accueil

on est partis


Accueil du site > Carnets de voyage > Argentine > Désert et vallée fertile

Désert et vallée fertile

Mercredi 18 Avril, San Agustin de Valle Fertil

mercredi 18 avril 2007, par Laure


Apres d’ultimes tergiversations pour savoir si nous ne devrions quand meme pas tenter d’aller voir de plus pres l’Aconcagua, nous nous decidons enfin a partir pour San Juan, la grande ville la plus proche de Mendoza a 2h de route d’ici. Arrives a destination, au lieu d’y passer une nuit comme prevu initialement, nous changeons une fois de plus nos plans et choisissons de sauter immediatement dans un bus pour San Agustin. Je commence a en avoir un peu assez des villes et crains que San Juan ne ressemble beaucoup a Mendoza. Comme en plus nous nous sommes un peu ennuyes ces derniers jours, nous avons envie de voir du pays et l’idee de filer directement vers notre etape suivante nous seduit. San Agustin, de son nom complet San Agustin de Valle Fertil (ca ne s’invente pas), est un petit village perdu en plein desert dans une oasis qui justifie son existence et son nom. Son interet principal est d’etre la porte d’entree de deux parcs nationaux aux paysages etranges que nous esperons pouvoir visiter, si toutefois nous trouvons un moyen de transport pour nous y rendre, l’acces paraissant plutot difficile.

Pour l’instant, il nous faut deja trouver comment nous rendre au fameux San Agustin. Ce n’est pas trop difficile car une seule compagnie dessert ce petit village loin des grands axes argentins. Leur bureau est plutot poussiereux et encombre, nous sommes loins des bus couchettes de luxe qui relient les grandes villes, mais qu’importe, de toute maniere nous n’avons pas le choix. Le prochain depart est dans une heure et demie et nous reservons vite nos billets, ce qui nous laisse juste le temps d’avaler un repas rapide a la cafeteria de la gare routiere avant de repartir. Notre bus s’avere en effet plutot basique et un peu delabre et nous comprenons pourquoi une fois passes les premiers kilometres qui nous eloignent de la ville de San Juan. Nous voici en plein desert, une etendue de terre pelee a l’infini ou seuls survivent de rares arbustes et epineux. La poussiere domine le paysage et la route parait bien longue dans cet horizon monotone. La temperature est montee d’un coup et, alors que nous etions habitues a un temps plutot agreable, nous commencons a avoir trop chaud dans nos vetements pas vraiment prevus pour des conditions estivales.

Le bus marque un arret au milieu de nulle part pour nous permettre de faire une pause au bout de 2h. Seul quelques petits batiments rompent la monotonie du desert, l’un abritant un bar qui sert de halte aux autobus, et nous nous demandons comment on peut habiter dans un endroit pareil. Nous ne sommes pas faches d’arriver enfin a San Agustin 4 heures plus tard, petit village surgi au milieu du desert avec la premiere vegetation que nous apercevons depuis longtemps. Une agence de voyage attend la poignee de touristes presents dans le bus et se propose de nous emmener jusqu’a notre hotel. Notre esprit de contradiction et notre volonte d’eviter de rester dans les ghettos pour voyageurs nous font refuser la chambre a la guesthouse locale ou se rendent tous les autres touristes convaincus par le boniment de l’employee de l’agence. Pas de chance pour notre envie de se demarquer, l’hotel que nous avions repere dans notre guide est ferme et semble meme a l’abandon, nous voici bien avances. Heureusement, la jeune fille de l’agence de voyages connait une autre pension. Elle nous emmene chez un vieux monsieur qui vient d’etre inspire par le mini boom touristique que connait la ville et a construit des bungalows sur le terrain adjacent a sa maison. Nous devenons les heureux proprietaires d’une chambre flambant neuve, au point que sa peinture n’est pas terminee, dans un jardin au calme ou nous sommes les seuls habitants. La chaleur est encore plus accablante en cette fin d’apres midi, nous allons finalement etre contents d’avoir un climatiseur alors qu’il nous paraissait completement superflu ! L’agence de voyage qui nous a gentiment promenes dans toute la ville n’a finalement pas perdu son temps puisque nous nous inscrivons a un tour organise demain pour visiter le parc Ischigualasto. D’habitude nous n’aimons pas trop les tours de ce type mais c’est de toute maniere le seul moyen de visiter le parc et nous sommes deja contents qu’il y ait d’autres touristes pour partager le cout de l’excursion svec nous. Esperons que nous sommes bien tombes car, la aussi, le village est tellement petit qu’aucune agence concurrente ne s’est manifestee !

Jour précédent : Repos a Mendoza Sommaire : Argentine Jour suivant : On a marche sur la lune

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP